Outils personnels

Le Service Interroger un Bibliothécaire est en vacances du 19 juillet au 21 août 2017. A bientôt !

Charte Marianne - logo
 
Accueil Padawan Rechercher l'information Les bases spécialisées

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Les bases spécialisées

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Adopter les bases de données spécialisées (BD) comme outil de travail permet de gagner beaucoup de temps et d’augmenter la qualité des travaux car l’information qui s’y trouve fait toujours l’objet d’une sélection éditoriale. La qualité de l’information repérée y est donc grandement améliorée par rapport à une recherche équivalente sur le Web.

 

Objectif :
Connaître le point d’accès aux bases de données du SCD Nice Sophia Antipolis

 

Les bases de données spécialisées auxquelles s'abonnent les bibliothèques universitaires sont les premiers outils à utiliser lorsque vient le temps de faire une recherche documentaire sur une problématique. Elles permettent de gagner beaucoup de temps grâce aux nombreuses fonctions qu’elles offrent et à l’absence de signalement à des documents commerciaux.

Le tableau ci-dessous compare les bases de données spécialisées avec les moteurs de recherche accessibles gratuitement sur le Web.

Comparatif bases de données

 

Accéder aux bases de données du SCD Nice Sophia Antipolis

 

Le site Web du SCD est l’un des points d’accès aux bases de données documentaires du SCD Nice Sophia Antipolis

  • accéder aux bases de données (capsule à venir)

Obtenir les documents repérés dans une base de données

 

Pour faciliter l’accès aux articles, plusieurs bases de données intègrent un résolveur de liens. Cette technologie permet, à l’aide d’un bouton ou d’un lien, d’identifier le fournisseur avec lequel les bibliothèques du SCD ont conclu une entente pour livrer les PDFs des documents à la communauté universitaire.
Si la base de données n’offre pas ce service ni un lien direct au contenu du document, vérifier manuellement dans le site Web des BU, à partir de sa référence, si le document fait partie de la collection des bibliothèques du SCD.

  • Accéder au texte intégral de l’article (capsule à venir)

Peut-être aura-t-on un jour accès gratuitement à toute l’information sur le Web. Pour le moment, les enjeux stratégiques et économiques autour de l’information demeurent une réalité et expliquent pourquoi il est important d’intégrer les bases de données spécialisées des bibliothèques dans sa recherche documentaire.

 

Rechercher par sujet

 

Les bases de données spécialisées offrent habituellement la possibilité de cibler la recherche dans des zones d’information bien spécifiques telles que les champs titre ou auteur. La recherche par sujet est particulièrement  efficace pour repérer des documents à partir de concepts et augmenter la pertinence des résultats obtenus.

 

Objectifs :
Comprendre l’intérêt d’exploiter le champ sujet des bases de données
Distinguer le vocabulaire libre du vocabulaire contrôlé


Le contenu de cette section s’attarde sur la recherche par sujet. 
Les mots contenus dans le champ sujet ont plusieurs appellations qui varient d’une base de données à l’autre : descripteurs, vedettes-matière, mots-clés, descriptors, index terms, subject terms ou keywords. Son utilisation optimise le temps passé à analyser l’information et la documentation.

  • Rechercher dans le champ sujet d’une base de données (capsule à venir)

Distinguer le vocabulaire libre du vocabulaire contrôlé dans le champ sujet

 

La plupart du temps, le champ sujet est composé des mots-clés fournis par l’auteur du document. Comme ces mots peuvent varier d’un auteur à l’autre, on parle de vocabulaire libre. Dans ce contexte, envisager le maximum de possibilités synonymiques devient crucial pour permettre un repérage optimal de l’information.

Exemple : Les expressions « pédagogie active », « apprentissage par l’action » ou « active learning » sont des formes équivalentes rattachées à un seul et même concept.

Par ailleurs, plusieurs bases de données offrent un contrôle de qualité sur les mots-clés attribués à un document. Les variantes de mots sont alors regroupées sous une seule forme acceptée. Comme il n’y a qu’un seul terme reconnu pour représenter un concept, on parle de vocabulaire contrôlé. Dans ce contexte-ci, utiliser alors le descripteur accepté pour repérer toutes les variantes associées en une seule requête.

Exemple : Le descripteur « pédagogie active » est la forme acceptée qui trouvera les formes équivalentes « apprentissage par l’action » ou « active learning ».


Certaines bases de données permettent de rechercher dans un thésaurus qui contient la liste des mots du vocabulaire contrôlé.

  • Distinguer le vocabulaire libre du vocabulaire contrôlé et l’utilisation d’un thésaurus (capsule à venir)

Conclusion

 

La recherche par sujet permet  d’optimiser la recherche en augmentant la pertinence des résultats obtenus et en maximisant le temps consacré à analyser l’information et la documentation.

 

Rechercher par auteur

 

Lorsqu’un chercheur est reconnu dans un domaine donné, il peut être intéressant de consulter l’ensemble de ses publications. Pour se faire, la stratégie consiste à lancer une recherche avec son nom dans le champ auteur des bases de données documentaires.
La recherche par auteur demande d’être vigilant car des variantes de noms peuvent être oubliées. Les résultats pourraient être interprétés comme provenant d’auteurs distincts alors qu’il s’agit bien du même individu.

Exemple :
Tchekhov, Anton Pavlovitch (1860-1904)                    
Tchékov, Antone (1860-1904)
Chekov, Anton (1860-1904)
Tchehov, Anton (1860-1904)
Chekhov, Anton (1860-1904)
Tschechow, Anton (1860-1904)
Tschechov, Anton (1860-1904)
Csehov, Anton (1860-1904)
Tchekoff, Anton (1860-1904)
Čechov, Anton P. (1860-1904)
Cecov, Anton (1860-1904)

Chéjov, Anton (1860-1904)


Objectif :
Comprendre les particularités de la recherche par auteur

 

Recherche libre par mots clés

 

Inscrire simplement le nom de famille et le prénom en prenant soin de sélectionner le champ auteur. Habituellement, l’ordre dans lequel le nom de famille et le(s) prénom(s) sont saisis n’a pas importance ainsi que la présence ou non d’une virgule pour les séparer.

En utilisant la troncature (*), des variantes de nom peuvent être repérées car la requête repêchera les références dont le champ auteur contient un ou des auteurs avec ces chaînes de caractères.

  • rechercher par auteur avec du vocabulaire libre (capsule à venir)

Les bases de données n’offrant pas de contrôle sur les noms d’auteurs génèrent plusieurs résultats non pertinents. Par exemple, un auteur nommé J. Smith est affilié à plus de 50 universités uniquement dans le domaine des sciences de la vie…

 

Recherche avec la forme contrôlée du nom de l’auteur

 

Certaines bases de données offrent un contrôle de qualité sur les noms d’auteurs en distinguant de façon unique les auteurs selon leur discipline et leur université d’attache. Le nom de l’auteur peut alors être sélectionné dans une liste bien définie.

  • rechercher par auteur avec du vocabulaire contrôlé (capsule à venir)

Les bases de données offrant un contrôle sur les noms d’auteurs génèrent des résultats très pertinents. Toutefois, il faut retenir qu’une base de données est rarement exhaustive.
Pour s’assurer de repérer l’ensemble des publications d’un auteur, consulter la page institutionnelle du chercheur (Ex: la fiche du Professeur Fabienne d’Arripe-Longueville) et sonder plusieurs bases de données rattachées à son domaine de recherche.

 

Conclusion

 

Pour améliorer la pertinence des résultats obtenus, privilégier l’utilisation de la forme contrôlée du nom de l’auteur si l’outil de recherche offre cette option. Sinon, demeurer vigilant avec les variantes de nom et d’affiliation ainsi qu’avec les possibilités d’homographie.

 

Limiter une recherche

 

Certaines bases de données permettent de limiter une recherche selon des paramètres linguistiques, chronologiques, ou autres, pour obtenir des résultats plus précis, moins nombreux et répondant mieux au besoin.

 

Objectif :
Connaître les principaux types de limitation de recherche offerts dans les bases de données.

 

Pourquoi limiter sa recherche ?

 

Que cela soit dans une recherche par titre, auteur ou sujet, il est parfois utile de spécifier des limites tels que :

  • la langue
  • l’année de publication
  • le format (texte, audio, vidéo, image, etc.).
  • la zone géographique, etc.

Les résultats obtenus seront plus précis et susceptibles de mieux répondre aux besoins du chercheur d’information.
Dans certaines bases de données, les limitations offertes permettent aussi d’exclure certains types de documents qui n'apparaissent pas pertinents pour cette recherche.
En d’autres occasions, il est au contraire fort utile de cibler un type de document en particulier.

Exemple : trouver des thèses en ligne : http://www.theses.fr/

 

Limiter aux articles revus par les pairs

 

Si la plupart des limitations de recherche offertes s’attardent aux caractéristiques descriptives des documents, il est possible dans certains cas, de limiter les résultats en fonction de la qualité de l’information contenue dans les documents.

Certaines bases de données permettent de limiter la recherche aux articles revus par les pairs. Lorsque présente, cette limite est offerte généralement dans le bordereau de recherche avancée ou dans les facettes permettant d’affiner les résultats de recherche. Cette limitation permet de cibler les articles publiés dans des revues procédant avec un comité de lecture. C’est-à-dire que les travaux qui y sont publiés ont été soumis à l’évaluation critique d’experts de domaines.

  • limiter sa recherche aux articles relus par les pairs (capsule à venir)

Conclusion

 

L'utilisation des limites permettent de gagner du temps et, dans certains cas, de rehausser le niveau de qualité de l’information.

 

Effectuer une veille informationnelle

 

Une longue recherche documentaire sera plus efficace en la gérant avec une veille informationnelle.
La veille est un processus continu qui cherche à automatiser et à systématiser la surveillance de sources d’information afin que le chercheur puisse agir proactivement sur son environnement.

 

Les étapes d’un processus de veille sont :

  • la définition du besoin,
  • l’acquisition de l’information,
  • l’organisation de l’information,
  • la diffusion de l’information,
  • la production de l’analyse,
  • la prise de décision.

Ces étapes sont suivies plus systématiquement lorsque la veille est partagée entre plusieurs personnes, comme c’est le cas dans un groupe de recherche par exemple.

Objectifs :
Connaître les outils permettant d’automatiser une veille informationnelle.
Acquérir des bonnes pratiques pour établir une veille informationnelle.

 

Activer une alerte de recherche dans une base de données

 

Une fois la requête de recherche mise au point, toujours vérifier que le nombre de résultats par mois ou par année n’est pas trop élevé par rapport au temps disponible pour trier et évaluer ces résultats. Si le flux d’information généré par l’alerte est trop élevé, la masse d’information demandera un temps considérable à dépouiller et l’alerte finira par être ignorée.

  • Evaluer le flux d’information généré par une alerte (capsule à venir)

Une fois établie que la stratégie de recherche donne un nombre de résultats gérables, configurer l’alerte dans la base de données. Habituellement, pour bénéficier des fonctions d’alertes, il faut préalablement ouvrir un compte personnel (gratuit) dans l’outil de recherche utilisé. Une fois la session personnalisée ouverte la fonction d’alerte devient disponible. Chaque base de données possédant sa propre interface graphique, la procédure de configuration d’une alerte présentera des variations d’une interface à l’autre.

 

Utiliser les fils RSS

 

Le site Web ou l’outil de recherche peut aussi offrir de recevoir les nouveautés par l’abonnement à un fils RSS. On repère un fil RSS par la présence d’un icône semblable à celui-ci :  Icone RSS
RSS est un format de fichier XML qui permet de fournir un lien vers des nouveaux contenus synthétiques que le webmestre d’un site Web veut valoriser. Pour être informé de ces nouveautés, s’abonner au « fil RSS » par l’un des trois principaux moyens :

  • Intégration dans le navigateur
  • Intégration à la boîte de courriels
  • Centralisation dans un lecteur ou agrégateur Web

La solution la plus courante est la dernière.

  • exemple d’utilisation d’un agrégateur de fil RSS (capsule à venir)

Conclusion

 

Pour être régulièrement informé sur un sujet de façon automatisée, les services d’alertes des bases de données s’avèrent très utiles. Ces alertes sont généralement réceptionnées par courriel ou dans un lecteur de fils RSS

D'après la base Infosphère de l'université du Québec à Montréal

http://www.infosphere.uqam.ca/

CC BY NC

Conditions d’utilisation en Creative commons

 

Actions sur le document
|